Pompier et détective

Bruno GunternBruno Guntern était présent lorsqu’un pan de l’histoire de RUCO a été écrit, à savoir celui concernant la machine de mise à la teinte, lancée sur le marché suisse en 1977 par Emil Tobler, puis perfectionnée. Depuis 37 ans, Bruno Guntern s’emploie à conseiller la clientèle sur le service et la technologie des machines de mise à la teinte. Il se définit lui-même à la fois comme un pompier et un détective. Permettez-nous d’évoquer cette époque avec Bruno Guntern, car il va bientôt nous quitter, pour embrasser un nouvel avenir.
 
Rédaction: Quel est le meilleur souvenir que vous gardez des 37 dernières années passées chez RUCO?
Bruno Guntern: Je n’ai pas qu’un seul beau souvenir, j’en ai plutôt beaucoup. Et tous sont associés aux clients que j’apprécie et avec lesquels j’entretiens généralement de bonnes relations.
 
Vous vous définissez vous-même comme un pompier. Quels sont les «incendies» contre lesquels vous luttez?
Nous nous chargeons de la maintenance de 1000 systèmes de mise à la teinte dans toute l’Europe. En cas d’urgence, il est essentiel d’intervenir très rapidement. Dès qu’un «incendie » se déclenche quelque part, j’arrive immédiatement sur les lieux avec mon équipe.
 
Et quand coiffez-vous la casquette du détective?
Nos machines de mise à la teinte tombent très rarement en panne. Toutefois, les dosages peuvent varier très légèrement et influer sur le résultat. Il s’agit alors de déterminer l’origine de l’erreur. Nous passons donc en revue toutes les variantes possibles, ce qui peut parfois relever du travail de détective.
 
De quelle manière votre travail a-t-il évolué au cours des trente dernières années?
J’ai eu l’honneur d’accompagner l’introduction des systèmes de mise à la teinte RUCO sous l’égide d’Emil Tobler dans les années 80. Au début, nous avions en charge la maintenance de dix machines de mise à la teinte dans toute la Suisse et nous étions souvent en déplacement. Et il nous a fallu retrousser nos manches personnellement. À l’heure actuelle, notre équipe composée de cinq personnes s’occupe de 1000 systèmes de mise à la teinte ultramodernes et nous conseillons des clients dans toute l’Europe.
 
Certaines choses sont-elles restées les mêmes?
La pause-café (il rit). Toujours à 9 h. Et bien sûr le fait de travailler dans une entreprise familiale.
 
Est-ce un avantage de travailler dans une entreprise familiale?
Oui. Les propriétaires sont toujours disponibles et les portes toujours ouvertes. Je ne travaille pas pour une société holding anonyme.
 
Quelle sera la prochaine avancée technologique des machines de mise à la teinte?
Des teintes spéciales et des échantillons ou encore de nouvelles recettes sont déjà gérées en ligne à l’heure actuelle et accessibles de manière rapide et simple à tout moment. La numérisation permet une optimisation permanente de ces processus.
 
Qui s’occupera de ces avancées après votre départ à la retraite?
Mon successeur Luca Diethelm possède les outils nécessaires pour assurer le passage de la technologie des machines de mise à la teinte à l’étape suivante de numérisation. Par ailleurs, c’est quelqu’un de calme et de prudent, autant de qualités qui font de lui un coordinateur idéal de l’équipe en charge du service et de la technique des machines de mise à la teinte.
 
Qu’attendez-vous avec impatience de pouvoir faire à partir du 31 juillet – jour de votre départ à la retraite?
Il me tarde de faire la grasse matinée (il rit), d’avoir plus de temps pour m’occuper de ma maison et de mon jardin. Certaines incertitudes subsistent bien sûr, comme les répercussions de la retraite sur mon couple. Certes, la retraite est une phase de la vie à laquelle on se prépare, mais il faut aussi attendre de voir comment les choses se passent.

Bruno Guntern coordonne depuis 1980 le service, la maintenance ainsi que la préparation des machines de mise à la teinte chez RUCO. Fin juillet, il va remettre la destinée de son département entre les mains de son successeur, Luca Diethelm. Guntern est jardinier amateur et aime passer du temps en compagnie de sa famille et de ses amis. Il part en retraite le 31 juillet.

retour